Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2015

Maisons-Alfort : note

  • Les registres paroissiaux de cette ville ont été dépouillés par le Cercle d'Etudes Généalogiques et Démographiques du Val-de-Marne. Une version sous forme de fiches existe. Un long travail de tri et ensuite de numérisation de ces fiches a été mis en route. En attendant, les travaux faits en commun avec le Cercle Généalogique de Maisons-Alfort (CGMA) sur ces registres paroissiaux a été mis en ligne sur ce site.

 

  • Les registres des tables décennales de l'état civil, naissances, mariages et décès de Maisons-Alfort (1793-1902) ont été saisis par les membres du CGMA et ces tableaux sont mis en ligne sur leur site.

 

  • Pour toute autre recherche sur Maisons-Alfort contactez Joël Bacquer président du CGMA.

 

Publié dans Maisons-Alfort | Tags : tables, notes | Lien permanent

22/01/2014

Joinville-le-Pont : note

Passé territorial de la commune de Joinville-le-Pont

"Hameau dépendant de la paroisse de Fontenay-sous-Bois jusqu'en 1673 ; à cette date, réuni à la paroisse de Saint-Maur et s'étendant jusqu'à la rue Beaubourg, mentionnée sous ce nom dès le XVIIe siècle ; émancipé en commune distincte, malgré les protestations de Saint-Maur, sous le nom de Branche du Pont de Saint-Maur, en 1790 ; dénommé Joinville-le-Pont en 1831."

Source "L'état des communes à la fin du XIXe siècle - Joinville-le-Pont" publié sous les auspices du Conseil général en 1906.

----------------------------------------------------

Avant 1674, les registres n'existent pas. En effet, la collection des registres paroissiaux de Fontenay-sous-Bois commence seulement en 1700.

Pour la période 1674-1790, on peut consulter les tables du Cegd94 établies d'après les registres paroissiaux de Saint-Maur-des-Fossés.

Ensuite, voir les tables décennales et registres de l'état civil numérisés par les Archives départementales du Val-de-Marne, site des Archives départementales du Val-de-Marne

 

07/01/2014

Bonneuil-sur-Marne : notes

 Illustration : L'église de Bonneuil-sur-Marne,

carte postale ancienne provenant du site de la ville, collection Henri Bernard.

 

CEGD94_ILLUS_BON_eglise_cp.jpg

Vocable de l'église : Saint-Martin

Généalogies des seigneurs de Bonneuil

  • Jean de Reilhac, secrétaire, maître des comptes, général des finances et ambassadeur des rois Charles VII, Louis XI et Charles VIII : documents pour servir à l'histoire de ces règnes, de 1455 à 1499 / [par Jean de Reilhac]. Source Gallica/Bibliothèque Nationale de France
  • Généalogie de la Maison de Bréhant en Bretagne / [par le marquis N.-C.-B. de Bréhant]. Source Gallica/Bibliothèque Nationale de France. Antoine de Brehant épousa en 1580 Catherine de Reilhac.
  • Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle. Extrait Gallica/Bibliothèque Nationale de France.

 A lire

Bonneuil-sur-Marne - Une histoire millénaire et Bonneuil-sur-Marne au XXe siècle deux monographie écritent par Jacques Varin, ouvrages précieux car toutes les sources sont citées. Cote AD94 BB 3196 et AA 3812.

A découvrir au Musée Condé à Chantilly
Les comptes de la fabrique de Bonneuil-sur-Marne (XVIe siècle) qui révèlent de nombreux noms de familles bonneuilloises. Cote série H 26.

22/01/2013

Saint-Maurice : note

C'est en 1842 que la ville de Saint-Maurice a été ainsi nommée.

Précédemment elle était nommée Charenton-Saint-Maurice et comme il y avait souvent confusion avec la commune voisine nommée Charenton-le-Pont la ville a demandé un changement de nom.

 

D'où les faux amis

  • La maison de Charenton nommée aussi hôpital de Charenton, asile d'aliénés appelé aujourd'hui hôpital Esquirol se trouve sur la commune de Saint-Maurice.
  • Le temple de Charenton temple parisien détruit à la révocation de l'édit de Nantes se trouvait sur la commune de Saint-Maurice.

Aujourd'hui

  • Charenton - Saint Maurice est une communauté de communes depuis le 1er janvier 2004 qui comprend les communes de Charenton-le-Pont et Saint-Maurice.


31/12/2012

Ivry-sur-Seine : note

Parmi les registres paroissiaux de la commune d'Ivry-sur-Seine

il existe des tables des baptêmes, mariages et sépultures

manuscrites établies de longue date

couvrant la période 1601-1792.

 

Les travaux de dépouilement du Cegd94 ne couvrant pas toute cette période, nous vous invitons à consulter cette table sur

le site des Archives départementales du Val-de-Marne.

Cotes AD94 : 1 MI 141 et 142

30/12/2012

Le Kremlin-Bicêtre : note

La commune du Kremlin-Bicêtre a été érigée en 1897 à partir d'un

territoire extrait de la commune de Gentilly.


En conséquence, on consultera les tables des registres paroissiaux de

Gentilly.

Le Plessis-Trévise : note

La commune du Plessis-Trévise a été érigée en 1899 à partir de

territoires extraits des communes de Chennevières-sur-Marne,

La Queue-en-Brie et Villiers-sur-Marne.

 

En conséquence, on consultera les tables des registres paroissiaux de

Chennevières-sur-Marne

La Queue-en-Brie

Villiers-sur-Marne

Le Perreux-sur-Marne : note

La commune du Perreux-sur-Marne a été érigée en 1887 à partir d'un

territoire extrait de la commune de Nogent-sur-Marne.


En conséquence, on consultera les tables des registres paroissiaux de

Nogent-sur-Marne.

21/12/2012

Fontenay-sous-Bois : note

Les Archives communales de la ville de Fontenay-sous-Bois

ont réalisé les relevés systématiques

de l'ensemble des actes des registres paroissiaux

de leur commune.

Actuellement, ce service tient à la disposition des chercheurs

une base de données très détaillée.

Les Archives communales de Fontenay-sous-Bois

acceptent de répondre aux demandes par courrier.

Contact :
archives@fontenay-sous-bois.fr

13/12/2012

Santeny : notes

Le général Farine du Creux mort et inhumé à Santeny en 1833. 


Le club de généalogie de Santeny a réalisé

la généalogie du Général Farine présentée en février 2013 lors

d'une exposition-conférence salle Montanglos à Santeny.


Pour en savoir plus sur le club et Farine du Creux je bascule

sur la page du club de généalogie santenois


| Commentaires (0) Publié dans Santeny | Tags : notes | Lien permanent

28/05/2012

Alfortville : note

 

 Alfortville

enlacée dans les bras de la Seine et de la Marne

sous le regard bienveillant de la République

CEGD94_gallica_alfort_creation.jpg

Composition symbolique de M. J.-E. Roiné.

Source : Etat des communes Alfortville, 1901 - Gallica - BNF

  • La commune d’Alfortville a été créée par la loi du 1er avril 1885 sur un territoire démembré de la commune de Maisons-Alfort. Il n’existe donc pas de relevés systématiques des registres paroissiaux de l’ancien régime d'Alfortville. Il faut consulter ceux de Maisons-Alfort.


  • Un décret du 10 février 1892 a érigé une chapelle paroissiale dans la commune, en lui attribuant pour circonscription tout le territoire d’Alfortville.En 1901, cette chapelle est desservie par un chapelain qui, au point de vue spirituel, a tous les pouvoirs d’un desservant, mais il ne reçoit de l’Etat aucun traitement.  

 

  • Avant la révolution de 1789 la commune de Maisons-Alfort se nommait tout simplement Maisons et comptait deux écarts importants : Alfort et Charentonneau. Le nom Alfortville provient donc du nom de l’écart ancien de la commune de Maisons nommé Alfort.


  • Bon à savoir : L’Ecole nationale vétérinaire située sur le territoire de Maisons-Alfort est appelée aussi Ecole vétérinaire d’Alfort.

25/02/2012

Charenton-le-Pont : note

CEGD94_gallica_CHAR_moulin_conflans.jpg

 

 

 

 Moulin de Conflans près Charenton

XVIIIème siècle

 

source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

 

  • Les relevés systématiques  des BS 1624-1800 et M 1624-1852  de Charenton-le-Pont, paroisse de Conflans sont consultables aux Archives communales de Charenton-le-Pont et au Club Généalogique de l'Est parisien. Il est possible de les consulter au club mais aussi sur Généabank lorsqu'on fait partie d'un club qui dépose lui aussi ses relevés dans cette base de données commune.
  • Pierre-Georges Harmant a établi des listes de la paroisse de Conflans : BMS 1686-1729 et BMS 1763-1782 conservées dans les archives du Cegd94 elles ont été mises en ligne sur ce site.
  • La commune de Bercy fut créée en 1790-91 à partir du faubourg Saint-Antoine ainsi que d'un important territoire distrait de la commune de Charenton-le-Pont, nommée alors Conflans-Charenton et d'un terrain distrait de Saint-Mandé.
  • La commune de Bercy a été supprimée en 1859 une partie des terrains a été rattachée au 12ème arrondissement de Paris et l'autre partie réunie à Charenton-le-Pont.
  • Les registres d'état civil de Bercy sont conservés aux Archives de Paris.

Bibliographie : LAMBEAU L. - Histoire des communes annexées à Paris en 1859, tommes 1 et2, 1916-1921. Livres numérisés disponibles sur Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Le site Dès Villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui  permet d'y voir plus clair. Voici la carte de Cassini obtenue avec les tracés des communes de Charenton-le-Pont, Saint-Maurice et autres communes avoisinantes.

Attention aux faux amis

  • Charenton-Saint-Maurice fut le nom de la commune de Saint-Maurice jusqu'en 1842. De plus, Saint-Maurice et Charenton-le-Pont sont des communes avoisinantes.
  • La maison de Charenton nommée aussi hôpital de Charenton, asile d'aliénés appelé aujourd'hui hôpital Esquirol se trouve sur la commune de Saint-Maurice.
  • Le temple de Charenton temple parisien détruit à la révocation de l'édit de Nantes se trouvait sur la commune de Saint-Maurice.
  • Le fort de Charenton est situé sur le territoire de Maisons-Alfort.
  • Charentonneau est un quartier de Maisons-Alfort.
  • Charenton - Saint Maurice est une communauté de communes depuis le 1er janvier 2004 qui comprend les communes de Charenton-le-Pont et Saint-Maurice.

 

12/11/2011

Cachan : note

La commune de Cachan a été érigée en 1922

à partir de territoires extraits de la commune d'Arcueil.

Donc pour les recherches généalogiques concernant Cachan avant 1922

voir Arcueil.

 Retrouvez sur ce blog

| Commentaires (0) Publié dans Cachan | Tags : notes | Lien permanent

Marolles-en-Brie : notes

L'église de Marolles-en-Brie est la plus ancienne église

du Val-de-Marne.

 marolles-en-brie

Photographie Yvon DENIS, octobre 2011

 Pour plus de renseignements sur l'église :

  • A lire, une monographie de l'église de Marolles-en-Brie, ouvrage orné de 6 planches hors texte et 9 vignettes, par Perrault-Dabot, 1898. Cote aux AD94 : AA 542.

Le prieuré

  • "A Marolles-en-Brie un prieuré fut fondé par les moines de Saint-Germain-des-Champs, sous le vocable de Saint-Julien,  auprès d'une église que leur donna l'évêque Geoffroy ; les terres leur venaient de Dreux de Mellot, archidiacre de Brie."
  • On trouve quelques titres concernant ce prieuré aux Archives nationales dans le fonds de Saint-Martin-des-Champs, cote : S 1420-1421.

Source Gallica/BNF : Abbayes et prieurés de l'ancienne France, tome premier, par Dom Beaunier, page 156.

Visites de la paroisse au XVIIe siècle

  • En 1653, après les combats de la Fronde, Guy Lasnier, archidiacre de Brie, visite la paroisse de Marolles-en-Brie.

Voici ce qu'il constate :
"Messire Guillaume Villette curé présent et résidant pourveu depuis quatre moys.
Visité le Sainct Sacrement fonts baptimaux et saintes huilles trouvées décemment.
Tout y est ruyné et emporté par les gens de guerre.
La moitié des maisons du village et le presbitaire bruslé.
N'y a de registres anciens, ont été perdus.
Le marguillier absent."
Source primaire Archives nationales : LL 30, folio 9

  • Quelques années plus tard l'archidiacre de Brie constate :

« En certains villages, les curés ne tiennent aucun compte des règlements du diocèse qui leur interdisent la fréquentation des jeux publics et des cabarets et se mèlent sans vergogne à la traditionnelle partie de boules dominicale arrosée de joyeuses libations... Guillaume Villette, curé de Marolles, est, coutumier de fréquenter «les jeux publics à la boule », et il lui arrive de s'enivrer de telle sorte au cabaret, qu'un certain jour d'août 1662, deux de ses paroissiens « furent contraints de l'emporter à force de corps dans sa maison et ne pouvait se soutenir »
Source primaire Archives nationales : LL 31, folio 56, 24 août 1662.

Source secondaire : La vie religieuse dans les campagnes parisiennes (1622-1695) par Jeanne Ferté, 1962.

 

30/10/2011

Champigny-sur-Marne : notes

A découvrir

  • Aux Archives départementales du Val-de-Marne

Dans les archives paroissiales, quelques noms de familles anciennes parmi les dons et legs faits à la paroisse de Champigny-sur-Marne. Cote AD94 9J/CHAMPIGNY/3E 1 à 10 et plus dans 1MI 44 (on remarque dans l'inventaire : Roch Brulé).

Histoire administrative

Le 27 janvier 1799 Champigny-sur-Marne cède un terrain à la Branche du Pont-de-Saint-Maur (Joinville-le-Pont).

02/10/2011

Arcueil : notes

arcueil

 

Illustration : Place de léglise d'Arceuil, dessin de Goblain.

Source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

 Vocable de l'église : Saint Denis et Saint Jean Chrysostome ou Saint Denis.

 Histoire administrative

  • Jusqu'au XIIe siècle, Arcueil et Cachan dépendaient de la paroisse de Gentilly.
  • A la fin du XIIe siècle ou au commencement du XIIIe, Arcueil fut érigé en paroisse elle contenait la commune actuelle de Cachan.
  • En 1922, le territoire d'Arcueil-Cachan a été divisé en deux pour former deux communes : Arcueil et Cachan.

A découvrir

  • Les listes des curés et des inhumations dans l'église dressées à partir des registres paroissiaux dans la monographie Un village et un hameau du Hurepoix, Deux communes du département de la Seine, Arcueil et Cachan, L.-L. Veyssière, 1947. Cote AD94 USA19
  • Une généalogie : Famille Beligon Arcueil, Gentilly et Paris, J.-E. Tollé, 1992. Cote AD94 Br 3132
  • Sur le blog GENEARC la généalogie de personnages célèbres d'Arcueil : Adrienne Bolland, famille Raspail...

13/08/2011

Ablon-sur-Seine : notes

 CEGD94_ILLUS_ABL_EGLISE.jpg

Illustration : Ancienne église d'Ablon bâtie en 1172 démolie en 1841.

Bibliothèque Archives départementales du Val-de-Marne Eau-forte de M. Paul Gillard. USB 15, Ablon-sur-Seine, recherches historiques par l'abbé Pierre Bonin, 1890.

 Vocable de l'église : Notre-Dame.

 

Histoire administrative

  • Ablon fut une annexe de la paroisse ecclésiastique d'Athis jusqu'en 1788, date à laquelle l'annexe fut érigée en cure.
  • Les registres paroissiaux d'Athis commencent en 1560 ceux d'Ablon en 1693. Vous pouvez consulter les registres d'Athis sur le site des Archives départementales de l'Essonne.
  • Une église réformée pour Paris existe de 1599 à 1606 à Grigny, ensuite à Ablon.
  • Un procés verbal d'arpentage du 12/08/1780 attribue une grande partie du village même d'Ablon à la collecte de Mons.

A découvir une dizaine de testaments avec pièces annexes, dates extrêmes 1669-1762. cote AD94 G 25